Vingt ans l'an quarante de Michel Wyn

Publié le par Le-coin-litteraire

 

couv vingt ans l an quarante

 

 

Vingt ans l'an quarante

Michel Wyn

 

 

Résumé

Ils ont vingt ans, ils sont étudiants et ils s'aiment.
Mais c'est la guerre, les Allemands occupent Paris.
Alors eux, les étudiants, les amants, veulent combattre. Ils vont s'engager, même s'il faut soutenir la Milice, même s'il faut faire semblant.
Ce sont des audaces qui se paient au prix fort...

Noël et Clothilde, je vous connais. J'ai vécu ce temps avec vous. J'ai dans l'oreille le claquement sec des semelles de vois, dans l'oeil le déploiement en corolle de vos robes légères dans des pédalées

 

Mon avis

 

 

 Je remercie tout d'abord le forum Partage lecture et les éditions Kyklos de m'avoir offert ce livre dans le cadre d'un partenariat.

Je l'ai lu rapidement car dès le début quelque chose m'a indéniablement poussée à tourner les pages. J'ai beaucoup aimé la narration au présent qui donne au récit une force solidement ancrée ainsi que le style de Michel Wyn. C'est un style simple, sans prétention mais d'une grande richesse. On ne tourne pas autour du pot, les choses sont dites comme elles sont purement et simplement.

Au début du roman, j'ai beaucoup aimé les personnages principaux. Clotilde est une jeune fille intelligente est assidue dans ses études. Elle vient d'une famille bourgeoise mais sait où sont ses valeur et reste toujours à sa place. Quant à Noël, on sent son envie de révolte, une envie qui le ronge car il ne supporte pas l'époque dans laquelle il vit. Ils se rencontrent dans une faculté de médecine à Paris où ils sont tous les deux étudiants. Ce sont donc des personnages attachants qui se laissent facilement aimer. Cependant, ils ont commencé à me perturber de plus en plus à chaque chapitre. Jeunes et rebelles, anéantis par cette vie sous l'occupation, ils ne supportent plus de voir l'horreur et décident qu'ils doivent agir. Très belle initiative pleine de courage et de loyauté, certes, mais tellement mal organisée. Noël se jette trop rapidement dans la gueule du loup sans assurer ses arrières, il est contraint d'assister et de participer à des actes horribles. Une phrase m'a particulièrement «  choquée » : Il explique à Clotilde que le pire «  c'est qu'on s'habitue » J'ai trouvé ça terrible. J'ose espérer que le dicton qui dit «  qu'on s'habitue à tout «  trouve parfois son contraire. C'est ainsi que leur inconscience m'a souvent agacée dans le roman.

La fin m'a prise aux tripes comme on dit !
Spoiler:
 
Cet ultime preuve d'amour de Clotilde qui sauve Noël de la mort m'a émue. J'ai quand même trouvé la fin triste, mais j'imagine que le contraire aurait été trop douloureux.

Autant dire en conclusion que j'ai beaucoup aimé. On était proche du coup de coeur mais celui ci m'a échappé à cause des sentiments contradictoires éprouvés pour les personnages.

Un bon roman à lire et à faire découvrir !



Publié dans Lettre W

Commenter cet article

Le-coin-litteraire 28/02/2011 10:40



merci Zazy ! :D



zazy 21/02/2011 14:01



Très joli ton blog le coin littéraire..... j'aime particulièrement ta bannière !!!!!